vendredi 16 novembre 2012

Il était une fois les Monts Crosin et Soleil

16/11/2012

Les Monts Crosin et Soleil, un si joli vernis...


 Dès demain chers lecteurs, je vais partager avec vous le fruit de nos rencontres sur les monts bénis dénis...Il a fallu trois post pour relater tout ce que vous n'avez jamais entendu sur ce parc voulu modèle et maintenu comme tel sous respiration artificielle.
Ha! Au fait, en France un parc de huit éoliennes vient de perdre son permis de construire délivré en 2007... et si la justice réussi à se faire entendre, il sera démantelé.
Qu'on se le dise.
image: fidelecastor.over-blog.fr


17/11/2012

Acte 1: Il était une fois les Monts Crosin et Soleil



Tout aurait commencé en Californie avec le retour d'un Suisse du pays des étoiles dans les années 90 avec dans la tête des rêves de déserts américains, faits de vent, de pales et de pognon. C'est aussi là que naissent les parents du jeu de famille que l'on peut lire sur le blog de vent de folie (lien à gauche dans la marge). En bref: L'épouse, proche du conseiller fédéral en charge de l'énergie, aurait placé le premier pion (son mari) sur l'échiquier à côté du roi. Le roi et le pion auraient alors commencé l'élaboration du plus grand parc éolien de Suisse. Hélas, quelques mesures de vent plus tard, ils auraient déchanté: Pas assez de souffle pour faire tourner les pales. On connaît l'opiniâtreté des chasseurs de vent, en Suisse ils la tiendraient du père... Quelques années plus tard, les exigences en matière de vitesse du vent pour justifier l'implantation d'éoliennes furent revues à la baisse...
Le pion dû sortir de l'échiquier pour des raisons d'avancement professionnel, il aurait présenté son frère qui devint à son tour le conseiller du roi. Le projet des Monts-Soleil et Crosin, pressentis pour le rôle du désert californien devant accueillir les premières éoliennes de Suisse, continua donc d'avancer sous la baguette fédérale. Un jour, le roi décida de s'arrêter pour souffler un peu... Il n'abandonna pas son pion puisqu'avant de partir il le propulsa directeur de la plus grande entreprise de production d'électricité des cantons de Berne et Jura: Les FMB. Il avait les plans, il a maintenant les outils pour passer à l'étape de la réalisation. Un bébé porté si longtemps ne demandait plus qu'à naître. Celui qui a suivi le processus de gestation pourrait déjà écrire un livre sur tout ce qui a été fait pour abaisser les barrières administratives et environnementales. Ce qui rend affreusement douteuse la défense des promoteurs et du gouvernement dans le Canton du Jura qui répondent à nos plaintes en prétendant qu'aucune loi ne pouvaient nous protéger parce que cette industrie était nouvelle... Ils les ont rudement potassées en amont les lois en vigueur pour rendre crédible le développement éolien en Suisse!
Le décor est planté. J'en resterai à cette introduction avant de vous raconter la suite de ce joli parc, présenté comme une réussite en matière d'acceptation sociale. Nous y avons presque cru. Mais comme voisine d'éoliennes industrielles, je me disais toujours que ce n'était pas possible, qu'un riverain ou l'autre devait forcémment avoir ouvert un oeil critique sur ce petit délire que plus rien ne semble empêcher de grandir...
Pour la petite histoire, il n'a jamais été question de s'arrêter aux premières éoliennes sympathiques érigées en exemple là-haut les premières années. Notre voyageur serait rentré avec dans sa valise 200 éoliennes à développer sur les crêtes jurassiennes (au milieu des années 90 donc!). Le processus en route aujourd'hui que beaucoup pensent encore naïvement né du traumatisme de Fukushima est un travail de longue haleine, une manipulation lente et méthodique de la population qu'ils ont qualifiée de pionnière pour mieux s'approprier son espace, on appelle cela l'accumulation par la dépossession.
Des toits percés sur 40cm par des glaçons projetés par des pales, un paysan qui tient son monde alors qu'il est lui-même téléguidé par les promoteurs, des oppositions passées sous silence, une pale démontée sur l'une des nouvelles machines, des responsabilités limitées...
Il s'en passe des choses aux Monts-Crosin et Soleil! Mais si le discours officiel dit qu'au Mont Crosin tout va bien, la réalité montre qu'au Mont Soleil on s'éveille...

à suivre...

18/11/2012

Acte 2: Rencontre du quatrième type.

Retour aux Monts Crosin et Soleil:
Ainsi donc, sur les monts d'éole n'habiteraient que des commerçants satisfaits, des riverains qui n'entendent rien, des écolos comblés?
Un quatrième type de citoyens se profile...
Lors d'une grande messe organisée par l'ARJB pour la présentation des courbettes que le canton est prêt à faire devant les promoteurs, une salle docile prend acte de la manière avec laquelle on projette de saccager son territoire pour le bien de l'humanité (qui n'en finit pas d'attendre d'aller mieux, mais aucun signal ne s'allume de ce côté là).
Tout le monde est heureux... enfin, presque tout le monde. Un activiste révolutionnaire (vous savez de ces pseudo-terroristes qui oeuvrent dans l'ombre du lobby nucléaire selon l'imaginaire débordant des vendeurs d'éoliennes, appelés  anti- éolien :-)) se permet quelques questions et remarques qui décoiffent un peu les mises en pli des gentils qui ne veulent que notre bien. Un emmerdeur quoi, d'ailleurs il n'habite même pas ici alors qu'est-ce qu'il vient discuter? (Je n'ai rien contre l'ARJB, elle fait son boulot. Les chiens de garde des promoteurs eux ne sont jamais loin, et ce genre d'intervention, ils la cadrent immédiatement avec des arguments aussi stupides que  la provenance du participant critique...)
À la fin de cette séance, deux dames s'approchent du courageux citoyen qui a osé dire ce qu'il pense (ce n'est pas une caricature, on en est là!) Ces deux dames sont très alarmées par ce qui se prépare aux Monts-Crosin et Soleil. L'arrivée des éoliennes de nouvelle génération causent pas mal de soucis dans le coin et elles sont paumées avec leur culpabilité de se sentir opposantes naissantes dans ce monde de moutons captifs, craintifs et encore fiers d'être les gentils pionniers. Elles préparent des rencontres pour en parler, mais ne veulent surtout pas qu'elles portent l'étiquette anti-éoliennes de peur de froisser. Ce sera donc un groupe de travail. Mais chut! ne le dites pas!
Une quarantaine de personnes se sont déplacées pour la première rencontre. Pas facile de faire son coming out dans ce monde où l'on vous exhibe en exemple de docilité dans une presse unanime, dans les séances des promoteurs pour vendre des projets et à Berne sous la coupole pour valider leur participation très active à la réalisation de ce parc qui fait figure de fils aîné, l'exemple, celui qu'ils voudraient cloner sur toutes les crêtes jurassiennes! Le parc éolien de Saint-Brais, traité comme le garnement parce qu'il est issu d'une petite coopérative , le parent pauvre, celui qui tente de puiser dans la caisse de la grande famille des multinationales, se fait tirer les oreilles pour la façade mais il leur permet surtout d'avancer une comparaison entre ce qui peut être bien fait et ce qu'il ne faut pas faire, de focaliser la critique sur lui... Pauvre ADEV doublement attaquée pour son parc lamentablement raté et son origine modeste.  Le Peuchapatte? Un membre de la famille des nobles qui a mal fait son boulot: Ils évitent d'en parler.
Pas d'opposant? Tout va bien? On s'aime et on prospère sur les Monts éole des cimes jurassiennes?
Nous venons de découvrir que 40 personnes se réunissent dans la crainte d'être découvertes opposantes, certaines n'oseront pas poursuivre, mais l'expérience montre que d'autres ne vont plus lâcher le morceau. Eole dort un peu moins bien sous l'antenne du Chasseral, il pourrait bien s'essouffler.
Et ce n'est pas fini...
À suivre...


 

20/11/2012

Acte 3: Celui qui dérange.


La lutte contre les éoliennes a quelque chose d'étrange en Suisse. Il y a des tas d'informations qui ne doivent pas être dévoilées d'une association à l'autre, parce que chacune espère en tirer parti pour porter le coup fatal à l'adversaire. Il y a ainsi des documents qui attendent leur heure juridique pour sortir, des témoignages conservés pour le dernier acte, des opposants qui veulent travailler dans l'ombre, etc etc. Mais parfois on rencontre des citoyens profondément choqués par les manigances qui accompagnent les pales, de ceux qui montent au front, qui ne font que dire ce qu'ils pensent, dénoncer ce qui doit l'être, révéler les non-dit. Bref, des gens honnêtes qui ne s'embarrassent pas de courbettes, de chichis et de secrets de polichinelles. Nous en avons rencontré un aux monts béni déni.
Il s'est opposé à la construction de la suite du parc sur Mont-Soleil et Mont-Crosin. Une opposition envoyée le 29ème jour après la publication de la demande du permis de construire. Elle a été refusée avec des frais de fr.300.-- à payer parce qu'elle était arrivée trop tard... Il faut dire qu'envoyée en allemand à la préfecture on lui a demandé de l'envoyer en Français ailleurs et qu'elle est revenue avec l'ordre de la renvoyer à la préfecture qui l'a déclaré irrecevable parce que trop tardive. Voilà. Vous avez suivi? Pas grave, c'est à peu près le déroulement de la chose.
Toute personne normalement constituée sent le brûlé de l'affaire... De fait il n'a plus lâché le morceau. C'est de lui que nous apprenons que la vie là-haut est au plus mal. Ambiance fichue, tiraillement, pressions,  manipulations, argent, jalousie, etc. Son jeune fils lâche à un moment: C'est foutu ici. C'est plus comme avant. On entend des phrases comme: "Nous sommes exclus" "Il aurait voulu me casser la figure" etc. Exactement ce que nous avons vu naître ici à Saint-Brais et ce qui est arrivé aussi au Peuchapatte. La brèche dans le mur du modèle est immense.
Mais comme pour nous, sa vie maintenant est dans la lutte parce qu'on lui a enlevé ce qui le rendait heureux: La campagne, le silence, la tranquillité, la simplicité et surtout l'illusion de vivre dans une démocratie honnête.
Depuis il accumule les preuves: Les glaçons qui transpercent les toits, les documents qui prouvent que des calculs de Suisse-Eole par exemple sont de la rigolade bien qu'utilisés officiellement dans les "études" de la confédération. Il nous explique que la responsabilité des sociétés en cas d'accident grave sera toujours limitée au montant du capital, soit Fr. 100'000.--, donc que ces gens n'ont rien à craindre ou si peu. (Ils articulent l'art. 58 lorsque la question de leur responsabilité est posée en public. Cela rend fort de balancer un numéro d'article de loi pour épater la galerie.) De fait, un promeneur tué par une projection de glace dans le pire des cas, ne leur coûtera pas plus de 100'000 francs. Pourquoi dès lors s'embarrasser de lois contraignantes pour protéger les riverains? L'art. 58 les protège on dirait bien mieux qu'il ne protège les promeneurs en hiver!
Depuis quelque temps, notre nouvel ami n'est plus seul, des propriétaires vont s'opposer avec lui à la suite du chantier éolien le plus médiatisé de Suisse. Mais cela ne se fait pas sans mal. Il nous assure avoir alerté la presse nombre de fois, sans que jamais son témoignage ne soit relayé plus loin.
L'un de ses amis de lutte a signé un contrat avec le promoteur dans des conditions plutôt inhabituelles dans le monde des affaires honnêtes: On lui a envoyé par poste ce contrat à signer, alors que la société ne l'avaient pas encore signé. Il l'a retourné intégralement et n'a jamais reçu sa copie en retour! Il l'a réclamée par téléphone et on lui a répondu que ce document avait été perdu! Mais devant l'insistance du lésé prêt à faire une demande écrite pour avoir une réponse écrite, une partie du contrat a réapparu par miracle. On le fait encore patienter pour la suite!
Mais comment tous ces piliers chancelants peuvent à ce point soutenir l'image d'un  joyeux parc visités par des touristes écolos comblés d'autant de docilité qui leur permet d' alimenter leurs villas en électricité verte?
La méthode est simple et habituelle pour qui connaît le milieu: Un paysan très influant garde le troupeau sous sa poigne. Il joue le garde du corps et la couleur locale des promoteurs. Il maintient l'illusion en promenant les touristes sur sa calèche bondée (souvent au-delà de ce qui est autorisé, mais personne ne l'embêtera) en vantant les vertus et la tranquillité du parc, en échange de... qui sait? Mais si on tend l'oreille là-haut on entend aussi de drôles de coïncidences... Le fait est que la valeur officielle de sa ferme aurait augmenté cette année. Il l'a vend d'ailleurs pour s'installer loin des éoliennes qui lui rapportent l'argent qui le porte. Bref, encore de ces petites affaires dont on ne connaîtra jamais le fond parce que la suisse est championne toutes catégories pour ce qui est de poser du vernis sur les fissures.
Jamais je n'aurais imaginé trouver au Mont-Soleil le plus farouche des opposants, avec à son actif une accumulation très ordonnée de preuves et d'anecdotes, de photographies et de documents! Et si on lui demande ce qu'il attend maintenant il répond: Si les truites nagent dans le sens du courant elles meurent, donc je vais continuer à nager contre le courant...
Les promoteurs nous écrasent parce qu'ils ont les moyens de le faire, mais on peut dire que leurs méthodes réveillent une détermination hors du commun chez ceux qui ne supportent pas l'injustice, la manipulation, l'abus de pouvoir et l'hypocrisie.
Le rideau se baisse mais ne se ferme pas. Je vous tiendrai au courant. Le plus troublant dans tout cela est que ce Monsieur n'avait jamais entendu parler de ces 40 voisins qui rongent leur frein en silence. Aujourd'hui il sait. L'isolement dans lequel on a tenté de le maintenir est rompu. Espérons que ses compagnons d'infortune comprendront qu'une opposition silencieuse et docile n'a aucune chance d'aboutir. Pas avec des adversaires de la taille des compagnies d'électricité.

Je remercie ici les militants C. et R. qui inlassablement se manifestent du côté sud du Jura pour défendre notre horizon et rassemblent ainsi ceux qui n'attendent qu'un signe pour se libérer des chaînes de l'envahisseur... :-)
Je finirai cette note du jour avec la démonstration de l'incroyable aplomb des promoteurs à dire tout et n'importe quoi:

Voici le panneau actuellement visible au Peuchapatte (Alpiq)



















Voici ce qu'on trouve sur le site de Juvent (Mont-Crosin et Mont Soleil) :

"Lors de la conception de la centrale éolienne JUVENT, on a volontairement renoncé
à installer un système de chauffage des pales. La pratique montre en effet qu'avec un tel système, l'eau issue de la fonte du givre ne s'égoutte pas entièrement. Après l'arrêt du chauffage des pales et le redémarrage des éoliennes, l'eau se transforme en glace compacte et augmente le risque de projection de glace. En revanche, si l'on ne chauffe pas les pales, seul du givre est projeté - le risque est donc beaucoup moins grand. La centrale éolienne n'a encore jamais connu de problèmes sérieux liés aux projections de glace. "
Note de voisine: "Jamais connu de problèmes sérieux", ce n'est pas "jamais connu de problèmes..."








5 commentaires:

  1. Cher Monsieur,
    Je tiens à vous faire savoir par le blog de voisine, que vous n'êtes pas le seul à déranger, nous sommes toujours plus à être des moutons noirs des parcs éoliens en fonction et futur.
    Notre force est là,"TOUJOURS PLUS", ce qui veut dire toujours plus fort, toujours plus de preuves, toujours plus de convaincus, toujours plus à oser! L'effet boule de neige annonce une révolte qui monte et qui gronde dans nos montagnes.
    Donc l'espoir est de mise, continuons notre lutte, les grains semés amèneront encore d'autres moutons et un troupeau de moutons noirs c'est tellement joli vous ne trouvez pas?
    Merci pour votre détermination et votre engagement au service du beau, du silence et de la nature.
    Bien cordialement.

    RépondreSupprimer
  2. Ce soir en rentrant chez moi, j'ai pris en charge deux jeunes auto-stoppeurs à la sortie de St-Imier qui se rendaient chez eux aux Reussilles. Voilà donc une bonne occasion de causer des machines et voir un peu le niveau d'information de ces jeunes gens. C'est sans surprise que je constate que le sujet ne fait pas partie de leurs préoccupations. Ils savent à peine qu'un projet est à l'étude dans leur commune (Tramelan). Par contre ils savent que ces machines peuvent projeter des glaçons. Ah bon et pourquoi savez-vous ça ?
    - Parce que l'hiver dernier une personne qui pratiquait du ski de fond fut blessée par la projection d'un glaçon !!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Intéressant point qui a été évoqué par les étudiants en droit de l'Université de Neuchâtel dans le cadre d'un procès fictif au sujet d'une éolienne tueuse suite à une projection de glaçon.

    Le texte ici:
    http://www.tetederan.ch/print.asp?d2w=3-3-6446-883-15-6-1&d2w=2-2-1-7-6-0-favre-2-0

    RépondreSupprimer
  4. Qu'on se le dise!17 décembre 2012 à 08:38

    O ennemi si tu es de pierre moi je suis de fer.
    Ey Iran.

    je suis concitoyen de tout âme qui pense; la vérité c'est mon pays"
    Alphonse de Lamartine.

    Plutôt les coups de poignard que les joug des perfides.
    Jules César.

    C'est d'âme qu'il faut changer et non pas de climat.
    Sénéque.

    Nous ne sommes pas encore libres, nous avons seulement atteint la liberté d'êtres libres."
    Nelson Mandela.

    Celui qui a des ailes s'envole et n'est l'esclave de personne.
    Locution latine

    RépondreSupprimer
  5. Le Noirmont sous Peuchapatte17 décembre 2012 à 08:39

    Samedi matin 17.11.2012: le vent a soufflé. La température pas si froide me permet de dormir avec la fenêtre en imposte. La fenêtre donne du côté du Peuchapatte.
    Réveil avec l'oreille gauche qui siffle. On appele cela un acouphène.

    Dimanche matin 18.11.2012: rebelotte. Réveil avec les deux oreilles qui sifflent.

    Lundi matin 19.11.2012. Redoutant les infrasons émis par les trois éoliennes, je dors fenêtre fermée. Au réveil les acouphènes sont toujours présents.

    Lundi soir, c'est la bise qui s'est mise à souffler. Peut-être que cela va passer cette nuit.

    Pour info, j'habite pas à 300m des monstres éoliens, mais à environ 2.5Km!

    Ces éoliennes industrielles n'ont rien à faire dans notre région habitée.

    Et aux Monts Crosins et Soleil non plus!

    RépondreSupprimer