jeudi 10 juillet 2014

Les voyages de voisine


La transition énergétique version Mexicaine: Les éoliennes ou la vie?


La course vers la fortune des riches et la dépossession des pauvres passe aussi par les éoliennes industrielles. Des verts et des socialistes adaptent leur vue pour n'en rien voir. La droite on a l'habitude, elle ne se préoccupe pas de la misère: pour elle les pauvres ne sont que des incapables d'être riches. 

Puisque voici venu le temps des vacances, la voisine d'éoliennes industrielles que je suis vous propose un petit voyage. On va commencer par le Mexique. Là-bas, des gens comme certains conseillers communaux et autres élus bien connus de notre lutte, seraient aux anges: la répression et la violence sont officiellement  autorisées pour voler les terres des indigènes au profit de grosses entreprises en quête de vertitude, comme Heineken, Coca Cola et cie. Mais pas seulement. L'arrivée de ces machines signe aussi la fin d'une civilisation encombrante et l'ouverture de nouveaux marchés pour les fossoyeurs de la planète qui suivent la bétonneuse des socles comme des chiens tracent le gibier.

Je vous traduis l'essentiel de leur appel ( en espagnol en fin de post). Autres lieux, autre moeurs, mais pas si différents en fin de comptes...

"AUX HABITANTS DE SAN DIONISOS DEL MAR, AUX ORGANISATIONS DE SOUTIEN, AU PEUPLE EN GENERAL ET AUX MEDIAS

Les maires, les dirigeants et Pristaš COCEISTAS canton Juchitán de Saragosse et San Dionisio del Mar, ont été les principaux artisans  de l'accaparement des terres dans l'isthme de Tehuantepec, Oaxaca; Ils ont soutenu la société Marena Renouvelable en envoyant des mercenaires pour intimider la résistance des peuples de San Dionisio del Mar.

Le commissaire Genaro García López a été acheté par la société éolienne Marena Renouvelables pour fournir 1'643 hectares de terres d'usage courant dans la barre Santa Teresa pour construire un parc éolien, il a commis une fraude le 29 Décembre de 2012 en rendant un faux document avec la complicité notamment d'un notaire, dans lequel il était stipulé que les indigènes renonçaient  soi-disant à ces terres. Il a prouvé ce jour -là qu'il n'était pas digne de sa fonction de commissaire des biens communautaires. Il s'en est suivi de graves actes de violence entre les mercenaires et les indigènes qui ont fait 10 blessés.


Mais cela n'a pas suffit, avec le président municipal de Juchitan de Zaragoza, Saul Vincente, il cherche maintenant à faire corrompre la population pour qu'à la prochaine assemblée générale elle accepte en plus le droit de passage des lignes électriques. En lui promettant des avantages financiers bien entendu.

Ils prennent pour prétexte les conflits (qu'ils provoquent) pour occuper la zone qu'ils convoitent pour installer leurs aérogénérateurs." Etc. Etc.

On retrouve au Mexique les milieux éoliens tels que nous les connaissons ici : Des menteurs, (souvenez-vous, à Saint-Brais: "on ne les verra pas et on les entendra pas du village" disaient les promoteurs pour le parc actuel), des promoteurs de mèche avec des autorités, des habitants achetés, les résistants  maltraités. La corruption et les magouilles au rendez-vous (quand nous saurons tout sur ce qui s'est fait aux SIG...) Mais aussi, comme ici, il y a des traîtres mous qui espèrent palper les bénéfices des fossoyeurs et qui n'hésitent pas à renier leur communauté pour y arriver. 
La vie quoi. 

Voici le texte en espagnol:



A LOS CUMUNEROS DE SAN DIONISIO DEL MAR, A LAS ORGANIZACIONES SOLIDARIAS, AL PUEBLO EN GENERAL
A  LOS MEDIOS DE COMUNICACIÓN
Los presidentes municipales, lideres, COCEISTAS y PRISTAS del municipio de Juchitán de Zaragoza y San Dionisio del Mar,  han sido los principales promotores del despojo de nuestros territorios  en el Istmo de Tehuantepec, Oaxaca; como quedo en evidencia en el conflicto de San Dionisio del Mar en contra de la empresa eólica Mareña Renovable enviando mercenarios, golpeadores para Golpear, intimidar la resistencia de la Asamblea de Pueblos de San Dionisio del Mar. El Comisariado de Bienes Comunales en San Dionisio del Mar, Genaro García López fue comprado por la empresa eólica Mareña Renovable  para entregarles 1, 643 hectáreas de terrenos de uso común  en la barra Santa teresa para la construcción del parque eólico, pues cometió un fraude a los comuneros de San Dionisio del Mar el día 29 de diciembre del año 2012 realizando un acta falsa aparentando que los comuneros se desistieron de la suspensión de amparo ganado por los comuneros en resistencia en complicidad con la Procuraduría Agraria Y un notario público.
Todos sabemos que ese día no se llevó cabo ninguna asamblea pues los mercenarios contratados por Mareña Renovable apedrearon a los comuneros en resistencia afuera de las instalaciones del Comisariado de Bienes comunales provocando un enfrentamiento con saldo de más de 10 heridos incluido un policía de la policía preventiva del Gobierno del Estado. El Comisariado de Bienes Comunales GENARO GARCIA LOPEZ  es un traidor, además de violar la Ley Agraria, por lo cual no es una persona digna para ocupar el puesto de Comisariado de Bienes Comunales.
Pero ahora en complicidad con el presidente Municipal de Juchitán de Zaragoza, Saúl Vicente Vásquez pretenden ahora bajo el pretexto de un tendido de electrificación sublagunar para Santa María del Mar que es agencia Municipal de Juchitán de Zaragoza. Otra vez con engaños con la promesa de lograr beneficios para el pueblo pretenden obtener de la asamblea general de Comuneros autorización para derecho de paso del tendido eléctrico. El conflicto de tenencia de la tierra entre Santa María del Mar con San Mateo del Mar lo provoco la empresa Mareña Renovable y el municipio de Juchitán de Zaragoza por la pretensión de ocupar una superficie en conflicto para la instalación de sus aerogenadores. Ahora que ellos resuelvan el problema. Tenemos conocimiento que a la fecha cuentan con servicio eléctrico por parte de la Comisión Federal de Electricidad; las irregularidades en el servicio de CFE, también lo tenemos en San Dionisio del Mar por falta de mantenimiento de C.F.E. Deberán saber que los comuneros de esta comunidad de Santa María del Mar, recibieron dinero de la empresa eólica aun a sabiendas del conflicto con Mareña Renovable
Por todo lo expuesto no dudamos que Saúl Vicente Vázquez, Genaro García López y las autoridades de Santa María del Mar, la CFE, obviamente financiada por la Empresa Eólica Marena Renovable, quieren sorprender al pueblo de San Dionisio del Mar en la próxima asamblea de comuneros a celebrase el próximo 7 de Julio del año 2014, en el supuesto informe del comisariado
Defensores del Mar A.C. como parte de la asamblea de Pueblos de San Dionisio del Mar Estado de Oaxaca.
San Dionisio del Mar Oaxaca a 4 de julio del año 2014.

image:Feliz Golfinho dos desenhos animados

4 commentaires:

  1. Oseront-ils dénoncer jusqu'au bout la corruption et des conflits d'intérêts qui petit à petit sortent au grand jour dans le dossier éolien?
    Le cas des SIG n'est que la pointe de l'iceberg en Suisse.
    Il serait temps que les enquêtes de ce type s'orientent également vers Suisseeole, l'OFEN, Swissgrid, et les bureaux d'ingénieurs tel que Kohlnusbaumer et certains politiciens que nous connaissons bien...

    http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/L-ancien-directeur-des-SIG-poursuivi-21881789

    "L'ancien directeur des SIG poursuivi
    L'ex-directeur des Services industriels de Genève et l'actuel directeur des affaires juridiques ont été prévenus d'entrave à l'action pénale dans une affaire de corruption passive."

    Petit rappel d'une lettre ouverte à ce piètre monsieur, datée de 2011, car nous savions déjà à l'époque qu'ils mentaient pour des raisons bassement financières

    http://ventdefolie.files.wordpress.com/2013/09/lettre-ouverte-acc80-m-hurter-version-2013.pdf

    Dont voici la conclusion:

    "Sʼil y a des affabulations dans le dossier éolien, M.Hurter, c'est bien de vous et de tous vos collègues, quʼelles proviennent. Et non pas de la part des riverains des éoliennes industrielles, qui sont devenus malgré eux, des lanceurs d'alerte, que vous refusez obstinément d'écouter.
    Mais, dans quelques années - quelques centaines d'éoliennes plus tard- vous aurez à rendre des comptes à toute une population, qui aura expérimenté ce que veut dire vivre au milieu des aérogénérateurs.
    Une population à qui lʼon devra avouer quʼelles ne produisent pas assez et que leur sacrifice nʼaura servi à rien, si ce nʼest à enrichir les grands groupes électriques et leurs investisseurs. ( ...et des collaborateurs)
    Elle saura alors qui étaient les vrais affabulateurs qui ont pratiqué le mensonge (par omission…) et lʼinvention systématiques dʼhistoires pour parvenir à leur fin.

    Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas! "


    RépondreSupprimer
  2. Monsieur Hurter doit se croire au dessus de tout le monde. Ne travaillant plus aux SIG, il avait expressément demandé que soit abandonnée l'enquête dont il faisait l'objet...La justice l'a cependant débouté et, elle semble ne pas vouloir le lâcher. Tant mieux et que la lumière soit faite enfin.

    http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/ancien-directeur-services-industriels-deboute-justice/story/14744767

    RépondreSupprimer
  3. La justice va faire son boulot, mais jusqu'à quel point? depuis que les scandales ont éclaté avons-nous lu une seule ligne sur le démarchage des promoteurs? À combien s'élevaient leurs notes de frais et ce qu'elles concernaient? Avons-nous lu que tel paysan a signé un contrat qui le lie au silence sur tout ce qui concerne la construction de parc éolien sur des terres qu'il occupe en échange de la pose de panneaux solaires sur son toit après la réalisation du parc? Savons-nous combien de repas, cadeaux ou autres gâteries ils ont offerts aux autorités? Nous savons qu'ils font des cadeaux, mais pas grâce à la justice, grâce à ceux qui les ont reçu et l'ont dit. En assemblée communale un citoyen a demandé au maire ce qu'il avait reçu après la visite d'un émissaire des SIG à Noël, qui d'abord était passé chez lui avec des cadeaux pour ses enfants. Le maire était très gêné par cette question et bien sûr il n'a pas répondu. Saurons-nous tous ces petits détails qui sont devenus des montagnes? Non. Parce que contrairement aux citoyens inquiets et honnêtes, les affairistes, avec la complicité d'autorités diverses, sont des voyous officiels. Ils sont couverts autant que possible par les amis qu'ils ont mis en place autour de leur business et leur carrière, ils ont voté ou fait voter les lois qui les protègent, ils ont choisi les experts qui les accréditent, etc. etc. etc. Ne rêvons pas non plus sur l'intégrité de nos représentants politiques, les paillettes les rend aveugles, la trouille en fait des moutons. Ils balaient autour de leurs ministres dans l'espoir que la poussière devienne de l'or et leur retombe dessus.
    Alors personnellement je ne crois pas une seconde à la justice "jusqu'auboutiste". Ils vont s'agiter le temps que l'opinion publique se calme et regarde ailleurs. Il faudrait des avocats de très haut vol et intègres pour faire péter tout ça et demander des comptes, des vrais, et les rendre publics! Les millions des SIG sont envolés? Ils vont en gagner d'autres, ils s'en fichent pas mal. Le système est bien en place et ils le connaissent. Le seul qui passera à la caisse paiera en gesticulant un peu, comme d'habitude. Puis il oubliera parce que d'autres coups tordus lui seront tombés dessus.

    RépondreSupprimer
  4. Témoignage de voisins d'éoliennes dans la Manche.
    Toujours les mêmes mensonges et les mêmes résultats!

    Dossier. Vent de colère sur nos villages

    http://www.valeursactuelles.com/vent-col%C3%A8re-nos-villages

    Extraits:
    « Le projet a été lancé en 2005, raconte Jacqueline Derouard, présidente de l’association Antoigné sous le vent. Malheureusement, notre collectif s’y est opposé trop tard et nous avons été déboutés par le tribunal administratif.
    Au départ, le promoteur et les élus nous ont “vendu” les éoliennes avec mille promesses. Elles étaient supposées produire 18 millions de kilowatt heures par an, soit la consommation de 8 000 personnes. Elles allaient éviter l’émission de 1000 tonnes de CO2 par an…
    En réalité, les propriétaires des terrains accueillant ces éoliennes ont gagné beaucoup d’argent, mais les habitants ont été dupés, car le coût est très élevé pour la collectivité. La production d’énergie annoncée est loin d’être atteinte et c’est notre environnement qui est bouleversé par cette installation prétendument propre. »
    Une éolienne produit des flashes (blancs le jour, rouges la nuit) mais il y a parfois des ratés, qui peuvent durer une semaine : « Lorsqu’un éclair blanc illumine régulièrement votre maison en pleine nuit, il est impossible de dormir, raconte une riveraine. Les flashes rouges sont moins violents mais, quand le temps est humide, cela crée un nuage rougeâtre très désagréable. Et, bien sûr, il ne faut plus jamais espérer voir un ciel étoilé ! »

    Les éoliennes causent surtout du bruit, variable selon la puissance du vent et le relief du terrain. Au-dessous de 15 tours par minute, le bruit est comparable au ronflement d’un petit avion tournant dans le ciel. Au-delà, le seuil de tolérance est dépassé, selon Jacqueline Derouard : « On dirait un martèlement, comme des basses très fortes, qui interfèrent avec vos battements de coeur. Cela devient physiquement insupportable. La nuit, on entend toujours ce martèlement, comme une machine à laver dans laquelle vous auriez mis une chaussure ! En été, on ne peut dormir avec les fenêtres ouvertes, on croit devenir fou ! »

    RépondreSupprimer