vendredi 1 mai 2015

Entre suffisance, cynisme et mea culpa



J'adore le mois de mai! Explosions de fleurs et de verts comme on les aime, pas de ces verts récupérés pour des intérêts politico-économi(tragicomi)ques.

L'humeur est bonne, je vais donc distribuer quelques palmes en témoignage de ma gratitude à la vie et à ces retours de manivelles dont elle a le secret.

Je décerne la palme d'or de la suffisance à Suisse Eole. L'association chapeautée par des amateurs du vent, a donné à l'EPFL des chiffres surévalués de la production des éoliennes, pour alimenter le chapitre que la meilleure Université du monde consacre au potentiel suisse des aérogénérateurs dans son document Swiss-Energyscope. Nous savions depuis longtemps que Suisse Eole manquait de fiabilité (elle comptait dans son comité Claudio Zanini, ex-directeur de Ennova, avec les conséquences pour les SIG que nous connaissons, ainsi que Frédy Froideveaux, maire de Saint-Brais, que l'on ne présente plus, il sait si bien le faire tout seul avec des gestes à la hauteur de son intelligence). Avec de tels ambassadeurs, si j'avais été professeur à l'EPFL, j'aurais contrôlé leurs chiffres avant de les publier. Mais de plus en plus en Suisse la confiance règne dans certaines sphères... surtout pour le pire. Vous avez pu lire sur voisine la correction de ces chiffres

Je décerne la palme d'or du cynisme à Madame Jacqueline de Quattro, cheffe du département du territoire et de l'environnement du canton de Vaud. Elle a déclaré dans les médias que les associations bloquaient les projets éoliens vaudois en affirmant que les éoliennes donnaient le cancer aux riverains. Du cynisme parce que les personnes atteintes de cancer autour des parcs éoliens savent ce qu'ils doivent aux nuisances de ces machines bien mieux qu'elle ne semble s'en préoccuper. J'aurais pu lui donner la palme d'or de la meilleure menteuse, parce qu'elle sait parfaitement que les arguments des associations contre les éoliennes industrielles dépassent largement cet aspect des choses, d'ailleurs si peu évoqué que l'on ne peut qu'en déduire qu'elle a cherché cette info pour pouvoir s'en servir sur les ondes radiophoniques. Puisque l'on ne parle plus et que l'on n'écoute plus, on communique. Pour cela il existe des techniques que la dame maîtrise. Survoler les arguments de ses "ennemis" et mettre le doigt sur celui qu'aucune étude ne contredira (étant-donné qu'elle-même fait partie de ceux qui refusent de faire des études officielles sur les infrasons), cela s'appelle de la manipulation.

Enfin, je décerne la palme d'or du mea culpa aux SIG, qui viennent de déclarer dans un article publié dans le Temps:
"Sur des retours sur investissement dans l’énergie d’Eole, les SIG ont dû déchanter. «Nous n’avons aucune chance de planter une éolienne dans les conditions que nous avons négociées à l’époque», concède le président du conseil d’administration, tandis que Christian Brunier assure que le contexte a désormais changé. «Notre approche est aujourd’hui moins arrogante. Nous ne travaillons plus, comme ce fut le cas dans le Jura, en domination mais en partenariat», assure cet ancien président du Parti socialiste".
Ne croyez pas que leur mea culpa endormira la vigilance des jurassiens: moins arrogants c'est aussi plus sournois! On le voit avec les fameuses séances de consultations publiques du canton du Jura! D'un côté le gouvernement claironne le partenariat avec les citoyens et de l'autre il met en chantier la modification du texte de loi sur  la gratuité de l'accès à la conciliation en cas d'opposition aux projets qui relèvent de l'aménagement du territoire et des permis de construire! Je leur décernerais bien une palme aussi, mais son titre serait trop grossier pour ce blog.


Il existe en Suisse une opposition aux éoliennes grandissante, qui travaille un peu sous le manteau comme on dit, mais qui gagne en efficacité. On sent bien que les certitudes en face se fragilisent et que l'aspect économique domine de plus en plus l'intérêt réel du développement éolien.

Mercredi matin j'ai écouté sur la rts l'interview de l'ancien ministre de la défense en France, Paul Quilès, auteur d'un ouvrage intitulé: "Arrêtez la bombe". Ce qu'il raconte sur l'armement nucléaire est terrifiant. Comment peut-on sérieusement utiliser comme argument la sortie du nucléaire en obligeant littéralement les riverains de s'exposer à des nuisances,  en refusant d'appliquer le principe de précaution, en refusant d'augmenter les distances entre habitations et éoliennes industrielles sous prétexte de l'urgence et des dangers que nos centrales nucléaires représentent, alors que l'armement nucléaire a atteint des sommets vertigineux de dangerosité? De sacrés rêveurs ou de gros profiteurs nos politiciens? Un sacré manque de courage en tous les cas. Et comme tous les impuissants, ils font preuve d'autoritarisme là où ils peuvent encore faire illusion!

La 6° biennale internationale « Wind Turbine Noise » vient de s’achever à Glasgow ce 23 avril. La dernière journée était consacrée aux présentations des problèmes liés aux infrasons des éoliennes. 

Un article de Jean-Pierre Riou, à lire ici.






2 commentaires:

  1. Concernant JdQ, "l'argument qu'aucune étude ne contredira" à voir, voyez-vous, Voisine...Jusqu'à ce que nous apprenions par une étude démontre une relation dose-réponse dans la sécrétion de cortisol...Le cortisol est connu pour être l'hormone du stress mais a aussi des propriétés immunosuppressives.

    D'autre part, les derniers travaux publiés sur le cancer indiquent l'importance du système immunitaire dans la réponse du corps à cette dégénérescence. Certains scientifiques vont même jusqu'à dire que le cancer pourrait être considéré comme le signe d'une immunité déficiente. Des projets de recherche actuels vont dans ce sens, et imaginent de quelle manière il serait possible de "rééduquer" les système immunitaire et lui permettre de mettre les tumeurs et leurs progressions en échecs.

    Comme vous savez compter, chère Voisine, vous aurez bien compris que deux et deux font quatre: un corps soumis à un stress immunosuppresseur sera plus susceptible de développer une pathologie profitant justement d'une immunité déficiente. Je ne serais donc pas si catégorique que Madame de Quattro. Et bien qu'aucune étude, à ma connaissance, aille dans ce sens, je pense qu'il ne s'agit que d'une question de temps pour qu'on en sache plus sur la question.

    PS: j'en reviens toujours à penser qu'une étude expérimentale sur des rongeurs serait relativement facile à réaliser. Des animaux de souche développant des tumeurs à un taux connu, exposé ou non, à des distances variables de sites éoliens (il y a assez d'habitations où pourraient être menées les expériences). Laisser les animaux se développer, observer ensuite la prévalence de tumeurs et les comportements....En plus ça ne coûterait même pas si cher que ça...

    RépondreSupprimer
  2. pour aller plus loin:

    A/ d'une part: des oies élevées au voisinage de sites éoliens ont montré une sécrétion de cortisol élevée, en des doses significativement supérieures. Polish Journal of Veterinary Sciences

    http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24597302

    B/ d'autre part, des femmes atteintes de cancer du sein avancé et montrant un taux de cortisol élevé sont susceptibles de mourir plus précocement que des femmes au même stade mais non stressées...(Standford University) (http://news.stanford.edu/news/2000/june28/breast-628.html)

    Trouvé en 5 minutes de recherche sur google. Donc la question de savoir si les éoliennes industrielles et les prévalences de cancer sont elles-liées n'est pas complètement stupide et mériterait investigation. Pas dans 20 ans, merci! La question devrait même éveiller la curiosité de tout chercheur et scientifique digne de ce nom.








    RépondreSupprimer