vendredi 13 juillet 2018

Vacances sans éoliennes...


Et dire que la révision de la loi sur la protection de la nature veut céder à l'industrie tout ce qui nourrit encore l'âme...


Savoir se ménager des moments heureux, c'est créer des liens avec ce qui nous entoure. Quand à l'horizon pousseront les délires des hommes et des femmes qui ne lèvent plus les yeux, j'aurai le coeur lourd: des tonnes de béton armé en sous-sol et des tonnes de matériaux grinçant et gesticulant vers le ciel, (futurs déchets dont il faudra se défaire chaque vingt ans), pourriront la quiétude partagée ici. Bon sang que nous sommes bêtes!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire