jeudi 15 août 2019

Raser des arbres pour mettre des éoliennes?

Combien a-t-on jusqu'ici rasé d'arbres pour planter des éoliennes? Une belle idiotie qui ne peut qu'être le fruit de cerveaux rongés par l'ignorance et la cupidité quand on sait que les arbres pourraient être les meilleurs ennemis du réchauffement climatique! Faites un petit tour par ici pour comprendre ma rage. L'étude de ce jeune professeur, publiée dans une revue scientifique célèbre, est sans doute mille fois plus fiable que toutes celles produites par le lobby éolien et consort pour vendre leur camelote! Mais saura-t-elle retenir l'attention des politiques pieds et poings liés à l'industrie éolienne?  Déjà que la non nécessité de souiller des sols, d'ajouter des nuisances sonores et visuelles là où il ne devrait pas y en avoir, de mettre en danger la santé des personnes et de pourrir la cohésion sociale  pour un pseudo intérêt général, s'avère évidente grâce au potentiel solaire... La bonne nouvelle est sur le site de Paysage Libre Suisse qui a envoyé un communiqué de presse à ce sujet. La transition énergétique est un joli cafouillage, avec beaucoup de certitudes que les médias reprennent sans discernement. Maintenant les socialistes et quelques autres tournent discrètement le dos aux éoliennes industrielles sans doute pour des raisons électorales. On ne va pas s'en plaindre, à défaut de bon sens ils ont des ambitions qui pourraient bien nous sauver d'une colonisation spatiale et sonore inutile ! Je mets bien volontiers notre toit à la disposition des sauveurs. Même si je persiste et signe: le recours aux panneaux solaires à échelle industrielle posera de nombreux problèmes de fournitures, de recyclage, d'alimentation et de stockage.  Mais soyons fous, donnons de l'espoir grâce au soleil, plutôt que du malheur avec le vent. Mais surtout plantons des arbres! Au bénéfice du doute, je préfère le vent dans leurs branches que dans des pales qu'il faudra enfouir plus tard, faute de possibilité de recyclage!

Paysage libre Suisse:

Selon une étude scientifique rendue publique hier et reprise par de nombreux médias, la Suisse peut atteindre les objectifs de l’Accord de Paris grâce à des mesures simples et uniquement grâce à l’énergie solaire. La transition énergétique est ainsi possible sans altérer le paysage et la biodiversité. Le recours à des centrales éoliennes s’avère désormais inutile et même contre-productif. Paysage Libre Suisse se réjouit de ce constat et appelle à un « reset » de la stratégie énergétique 2050.
(c) Pixabay
(c) Pixabay
Les chiffres issus de l’étude 2019 sur les bâtiments à énergie positive indiquent que les excédents de production d’électricité solaire, en combinaison avec des centrales de pompage-turbinage, sont plus que suffisants pour approvisionner en énergie la totalité du secteur des bâtiments et du transport avec de l’électricité neutre en CO2 en Suisse. Les toitures solaires permettraient de réduire les émissions de CO2 de 90% !
Ces mesures, décrites comme simples, montrent à quel point la stratégie énergétique 2050 fait fausse route. L’étude prouve ainsi que grâce au solaire :
– la quasi-totalité des émissions de CO2 peut être éliminée ;
– la sortie du nucléaire est assurée ;
– le paysage et la biodiversité sont entièrement préservés.
Paysage Libre Suisse voit une série d’autres avantages à un changement de paradigme en matière de transition énergétique :
– Les subventions (rétributions à l’injection) allouées aux installations solaires pour chaque kilowattheure injecté sont pour ainsi dire la moitié de celles accordées aux centrales éoliennes.
– En mettant l’accent sur le solaire, ce sont les PME suisses qui sont à l’œuvre plutôt que les fabricants allemands d’éoliennes.
La transition énergétique peut donc être bonne pour l’économie en plus de préserver le climat et de nous débarrasser du nucléaire.
L’étude publiée ce jour va dans le sens du Plan Marshall du Parti socialiste pour la transition énergétique : le recours à l’énergie éolienne y est partout absent, preuve de son inutilité. Paysage Libre Suisse salue ce changement d’orientation et invite la nouvelle Cheffe du Département fédéral de l’énergie à le mettre en œuvre dans ses services.
Un « reset » de la stratégie énergétique 2050 ouvre la voie à une transition énergétique compatible avec l’environnement. Plus rien ne justifie le recours aux installations éoliennes, qui appartiennent désormais au passé.
Vers l’étude: lien.
TAGS: - - -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire