Rechercher dans ce blog

Chargement...

mercredi 29 juin 2016

La voix du peuple dans la bouche d'Eolaline







Lundi dernier, la conseillère communale du village qui prétend que plus de 90% de la population locale vit très bien avec les éoliennes, sur une vidéo de propagande pro-éoliennes sur le site de Suisse Eole, assurait sa dernière assemblée communale, puisqu'elle a démissionné pour la fin de ce mois. Après 8 années au service de la collectivité,  il n'y avait pas un seul citoyen, hors conseil, présent pour prendre connaissance des comptes qu'elle présentait et applaudir ces années de bons et loyaux services. C'est peu pour la confidente de plus 90% des habitants... Parce que pour prétendre parler au nom de plus de 90% de la communauté, il faut tout-de-même prétendre avoir des preuves de sa légitimité à le faire. L'empressement de la population à venir lui dire au-revoir ce soir-là et surtout merci, augure le pire:  les conseillers pro-éolien activistes n'ont que faire de l'avis de la population, ils en disposent dans leur dos à leur convenance.  Et Suisse Eole sait profiter de ce manque d'éthique.

La séance de l'assemblée communale s'est déroulée avec la secrétaire, le président de commune, et deux conseillers communaux (dont elle). Inutile de dire que les comptes ont été approuvés. :-) Manquait même le maire et le couple de conseillers. La faute "aux foins" dit la secrétaire dans le journal. Oui mais le maire est carrossier et les deux autres ben... la compagne a sans doute donné un coup de main aux champs du compagnon...  C'est un peu ça le problème lorsque l'on conduit les affaires communales en couple.

Chère Madame Erard, grand merci pour votre dévouement. Mais de grâce à l'avenir éviter d'embarquer plus de 90% de la population dans vos déclarations publiques.

Actualité:

Avis aux amateurs de bénéfices juteux, dans le domaine des éoliennes, c'est plutôt foireux:

À lire  ici:

Enquête : des milliers de personnes flouées après un placement dans les énergies renouvelables


Mais le monde ne tourne pas seulement autour du vent. Ne l'oublions pas. Je partage avec vous ce lien vers un philosophe français, Bernard Stiegler, en hommage  aux victimes de l'aéroport en Turquie.  C'est un article du Monde paru le 19 novembre 2015. Pour ne pas sombrer dans la haine facile.



dimanche 26 juin 2016

La musique en silence




"Dans le solfège, le silence est un moment pendant lequel n'est émis aucun son, il correspond à une pause dans l'exécution du morceau".

C'est un instant d'éternité. On reste suspendu, presque fasciné par ce silence qui permet de capter l'émotion de ce qui vient d'être joué avant d'être emporté à nouveau par la musique.

Il faut le silence pour prendre le temps d'apprécier ou de digérer l'intensité de ce qui le précède. 

Je pense à cela ce matin, parce que nous avons parlé hier de l'impact social et paysager des éoliennes avec une étudiante, à ce silence qu'elles nous volent parfois des jours et des nuits entières. Ce silence qui nous permet de capter la vie avant qu'elle ne reprenne sa course, d'en saisir le sens et l'émotion. Ce silence qui révèle notre présence ici et maintenant. Cet élément de vie indispensable que l'on nous envie.

Lorsque je me plains de cette intrusion sonore dans les silences de ma vie, des écolos bien intentionnés me répondent qu'eux habitent près d'une ligne de chemin de fer, d'une route, d'un bar... alors mes silences perdus c'est du pipi de chat à côté de ce qu'ils endurent.

Nous y voilà. Je souffre donc souffrez. Vous nous devez bien ça.

L'humanité se complaît dans le rôle de la victime et du bourreau.

mercredi 22 juin 2016

Un sursaut de dignité?



À Saint-Brais, une conseillère communale démissionne. Dans le tout ménage distribué aux habitants de la commune, je lis les remerciements pour ses années d'engagement et d'excellente collaboration. Ah! ça,  pour collaborer, on peut dire que ce conseil a collaboré. On pourrait même parler de collabos... Allant jusqu'à se vanter dans les médias d'avoir rédigé ensemble les pancartes "les éoliennes vous saluent" retrouvées autour des ruches saccagées d'un anti-éolien du village... Cette magnifique collaboration s'est poursuivie jusqu'à la distribution d'un tout-ménage incitant les habitants à surveiller de près leurs voisins et à les dénoncer si ils s'écartaient du droit chemin que leur super morale a tracé en brandissant le spectre du chanvre comme excuse à leur dérapage.

Ils ont aussi et surtout collaboré avec Z, et ce n'est pas Zorro, juste un malin beau parleur comme on peut le lire dans le joli compte rendu de l'article du journal des Franches-Montagnes publié dans le post précédent. Ils ont fait une société anonyme avec lui, dans laquelle le maire était président sans signature. Si un journal s'amusait à enquêter sur ces SA qui fleurissaient autour des projets de parcs éoliens dans la région, nous serions peut-être surpris des jardins secrets de nos collabos. 

Ils ont tellement bien collaboré qu'aujourd'hui les affaires de la commune se discutent sur l'oreiller. Sur les quatre restant, deux sont "en couple"comme on dit sur les réseaux... Peut-être que le bébé s'appellera Claudio, en souvenir du bon vieux temps où ce "team" de choc rêvait de sodomiser le pâturage du Ban avec 5 mâts géants supplémentaires. 

J'ignore si cette conseillère a eu un sursaut de dignité en quittant ce nid de guêpes agglutinées sur des intérêts personnels plutôt que ceux de la communauté, ou si comme la rumeur le colporte elle aurait des ennuis de santé, ce que personne ne souhaite mais qui contredirait le bien-être sous les éoliennes qu'elle vante sur la vidéo de Suisse Eole... 

Espérons cependant pour la commune que c'est un premier pas vers le démantèlement de ce quintette opaque et compact et que les jeunes qui s'y colleront sauront faire la différence entre développement et sous-développement, entre visionnaires et escrocs, entre transition énergétique et colonisation de couillons.


À Saint-Brais on raconte qu'une conseillère communale peut en cacher un autre...

Pendant ce temps la terre tourne et ceux qui se battent contre ce système qui exproprie, colonise, exploite, aujourd'hui meurent. Le maître mot n'est pas écologie mais argent.  À lire ici






samedi 18 juin 2016

L'usure, le droit et la presse ou la capture des hommes

L'usure: sans le courage de ces femmes et de ces hommes qui régulièrement dans l'histoire prennent la défense des travailleurs face au pouvoir qui les écrase, les travailleurs seraient des esclaves. Nous devons à leur courage nos vacances, nos retraites, nos couvertures sociales et tout simplement nos salaires! Le gouvernement français espère l'usure du mouvement Nuit Debout. Le gouvernement français n'entend pas la voix de ceux qui hurlent qu'ils sont en train de crever. Il ne voit pas que ces citoyens prennent le risque de perdre le peu qu'ils ont parce qu'ils n'ont pas d'autres choix. Les ministres dormiront toujours dans un lit et mangeront toujours aux meilleures tables. Que leurs concitoyens se battent pour survivre et pour leur dignité, ils ne savent pas ce que cela signifie, ils caressent leur nombril dans leur tour de verre. Ils ne pensent pas qu'ils ont une responsabilité pour tous ces gens, ils comptent combien ils sont, combien ils coûtent et combien de temps ils vont tenir. Ils comptent sur l'usure du temps qui les rendra dociles, abattus, vaincus. 

Il faut lire la décision globale rendue par la direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques du canton de Berne qui autorise la construction du parc éolien de Tramelan pour comprendre que c'est à l'usure que la justice aussi compte pour venir à bout des opposants de tout bord.

La presse: c'est une petite phrase dans l'article ci-dessous qui résume le non rôle de la presse dans l'information.
Dans ma région, nous risquons de voir s'implanter des centaines d'éoliennes industrielles (entre Lausanne et Bâle). C'est un changement radical qui se prépare, de notre environnement et de notre identité. L'uniformisation des paysages a un impact profond sur les mentalités que je ne vais pas développer ici, je vous invite à y réfléchir on arrive assez vite à comprendre cela. Chaque citoyen jurassien devrait pouvoir décider d'accepter ça ou pas en toute connaissance de cause. La presse devrait informer sur l'industrie éolienne totalement et impartialement. 
Le scandale des SIG largement développé sur ce blog, fait partie des manigances de ces sociétés qui convoitent nos terres. Extrait de l'article:
 "Au sortir de cette entrevue avec le promoteur tessinois et le paysan ajoulot, mon chef de l'époque (au journal le quotidien jurassien) pas vraiment cul et chemise avec les ayatollahs de librevent, avait eu ces mots: "Des requins". Il est vrai que laisser le paysage jurassien dans les mains de ces deux hélices produisait le même effet que regarder "Les Dents la Mer"
Ce qui m'agace ici c'est la lucidité du chef que je n'ai jamais vue transparaître dans le journal. Ces requins, comme il les appelle, ont eu le beau rôle à longueur d'articles et l'opposition sans moyen de se battre correctement contre ce rouleau compresseur alimenté au fric et main dans la main avec le pouvoir et la justice n'a jamais été que l'enfant terrible qui en fait trop. Je ne demande pas à un journal de prendre position, je lui demande de l'information, pas des comptes rendus édulcorés qui ne dérangent personne. Engagé dans un autre journal, et maintenant qu'il y a prescription, un journaliste se lâche. Mais ce qu'il raconte aujourd'hui, nous l'avons fait il y a bien longtemps et nous n'avons pas pu compter sur la presse pour le diffuser largement! Ces requins n'ont jamais été des anges et ils auraient dû faire plus d'une fois la une de la presse locale pour alerter la population sur leurs intentions profondes. C'est de notre avenir dont il est question ici pas des intérêts de quelques politiciens ou de quelque magouilleur tessinois, tout cravaté qu'il soit. Et si les opposants n'organisent pas de référendum c'est bien à cause de cette vox populi mal informée et nourrie de ces articles de presse illustrés de jolies éoliennes sous lesquelles courent des enfants alors que les méchants opposants y troublent l'ordre établi. Nous ne partons pas égaux au combat à cause de ces images là.

La capture des hommes:  le pouvoir est l'astre autour duquel les hommes sont priés de tourner, sinon...


Le journal des Franches-Montagnes, jeudi 16 juin 2016. Il n'y a plus que ces petits journaux qui osent appeler un chat un chat par ici...



mercredi 15 juin 2016

Village sodomisé?



J'ai reçu un petit compte rendu sur WhatsApp d'une conversation entendue dans un  souper de professionnels des paysages dans la région genevoise, à propos des deux éoliennes de Saint-Brais:

"Quand on arrive à Saint-Brais, on se dit que ce village (et comme bientôt tout le Jura) se fait sodomiser  par ces machins"

Le résumé est on ne peut plus explicite.  Le maire de Saint-Brais d'ailleurs confirme  par le geste le sentiment de ce genevois en faisant ce fameux bras d'honneur aux citoyens témoins de son activisme pro-éolien au village. On le voit, la délicatesse n'est pas la qualité des amoureux des pales!

Notons encore que l'un des arguments de vente de ce parc éolien par ses promoteurs, était l'attrait touristique qu'il allait susciter... On les attend encore ces touristes! À moins qu'ils ne soient lovés dans quelques salons discrets, vu l'image que ce parc véhicule!


vendredi 10 juin 2016

À Füllinsdorf, c'est non aux éoliennes! Entendez-vous les cloches de Suisse Eole?



Sûrement pas, Suisse Eole trie l'information autour des éoliennes...

Füllinsdorf à deux pas de Liestal, source de l'image et de l'information ici

Si nous parlions de ADEV, cette société dont le siège est à Liestal,  et qui a construit son parc éolien à Saint-Brais?  Comme il s'agit d'une coopérative, ce parc a des actionnaires, en majorité domiciliés   bien loin de la petite commune des Franches. Pourquoi sont-ils venus nous pourrir la vie ici pour produire de l'électricité vendue à la ville de Zürich? De quel droit nous imposent-ils ce "mal nécessaire" à leurs yeux? La raison est peut-être à trouver dans ce genre de petit communiqué:


Füllinsdorf BL:       Windpark im Gegenwind!
Nein der Bürgergemeinde

In einer Referendums-Abstimmung lehnten die Ortsbürger mit 174 gegen 97 Stimmen klar einen Standortvertrag mit der Firma EBL ab. Mit dem Vertrag hätte die Bürgergemeinde ein Grundstück zur Verfügung gestellt für Windmessungen und eine mögliche Erstellung von Windenergieanlagen im Baurecht. Dies betrifft diejenige von 3 Turbinen, die auf dem Gemeindegebiet vorgesehen war (Elbisberg). Das benachbarte Liestal hat zwar einem Standortvertrag zugestimmt. Doch stellt nun der Entscheid von Füllinsdorf die Realisierung des Parks infrage.

Die Gegner machten geltend, der Abstand zur Siedlungszone sei zu gering und geltende Lärmgrenzwerte könnten nicht eingehalten werden. Zudem wäre ganz Füllinsdorf von schädlichen Infraschall-Immissionen betroffen. (BAZ)

 traduction:
Bâle-Campagne : Des vents contraires soufflent sur un parc éolien

Le 5 juin dernier, la bourgeoisie de Füllinsdorf BL a massivement rejeté par votation référendaire un contrat avec le promoteur Elektra Baselland EBL (174 contre 97 voix). Le contrat portait  sur la mise à disposition du promoteur d’un terrain afin d’y effectuer des mesures et d’ériger une des trois éoliennes du parc, les autres étant prévues sur la commune de Liestal. Les opposants ont fait valoir la distance insuffisante avec les zones d’habitations, le bruit et les nuisances des infrasons.
Il s’ensuit que le projet de parc est sérieusement mis en question.

Les Saints-Brais seraient-ils plus dociles et moins attachés à leur terre que leurs voisins de la Suisse alémanique? C'est assez rigolo. Il y a quelques années des supers conseillers communaux du cru se battaient comme des diables contre les colonisations bernoises puis bâloises, avec un acharnement et une  motivation proches de la haine raciale qui déjà ne les rendait pas très sympathiques. La cause jurassienne avait du sens, la protection des fermes des Franches-Montagnes aussi, mais la haine pour les suisses alémaniques a toujours été une dérive de ces luttes. Aujourd'hui, ils sont ceux qui vendent ce coin de terre qu'ils prétendaient défendre. Au fond, peut-on imaginer que si ils avaient eu eux-mêmes des fermes à vendre ou si Berne leur avait mis quelques piécettes dans la poche, le cours de l'histoire aurait été différent?

En tous les cas, gens de Füllinsdorf, respect pour vous. Vous avez su reconnaître le loup, préserver votre qualité de vie et respecter les riverains lésés par le projet que vous avez refusé. Les autorités de Saint-Brais ne peuvent pas en dire autant. Cependant, si certains d'entre vous possèdent des actions dans le parc éolien de Saint-Brais, de grâce, retirez-les maintenant!


Dans le Val de Travers, la résistance s'organise, à écouter ici
et encore ici

mercredi 8 juin 2016

Jura tu es foutu! Ou "autoptsie d'une opposition"



J'ai reçu ce matin la décision de l'office des affaires communales et de l'organisation du territoire du Canton de Berne concernant les oppositions au parc éolien de la Montagne de Tramelan. On peut dire que l' opposition a été autopsiée, abordée comme lettre morte et l'exercice semble avoir été de trouver de bonnes causes à cette mort pour rendre une décision en faveur de la construction de ce parc.

Je n'écrirai pas encore les commentaires qui me submergent. Ils sont trop forts de l'émotion qu'ils soulèvent, proches du haut le coeur. Notamment sur tout ce qui traite des impacts sur la santé où sont mentionnés deux ou trois articles de journaux et même un extrait sur les infrasons trouvé sur Wikipedia! Si ces "experts" reprochent aux opposants de ne pas avoir de preuves scientifiques de la nocivité des éoliennes, qu'ils commencent par nous donner des preuves scientifique qu'elles ne sont pas nocives bon sang! C'est grotesque.

Finalement dans les charges pour l'exploitant, il y a comme d'habitude un petit paragraphe de rien du tout sur la protection des riverains, le voici:



Chers riverains des futures éoliennes industrielles de Tramelan, je n'ai qu'un conseil à vous donner: BATTEZ-VOUS OU BARREZ-VOUS!

Sinon vous deviendrez fous, fous de colère ou fous de tristesse. Ces éoliennes sont les couteaux que nos concitoyens nous plantent dans le dos et qui engendrent une mort lente, nourrie de la colère et de la tristesse que souffle alors le vent sur nous.

J'espère que vous avez une cave pour y dormir. Vous pourrez toujours inviter la direction de la justice des affaires communales à partager votre tanière.